Méthode 5S : Ordre et Propreté

Transformez vos locaux et ateliers, obtenez des résultats probants et durables en ordre et propreté par la méthode des 5S

5S : que signifient ces lettres de plus en plus utilisées par les entreprises ?

5S désigne une méthode de travail organisée en 5 étapes avec pour objectif premier l’amélioration significative de l’ordre et la propreté.

Les 5S sont particulièrement efficaces, car ils permettent de transformer en profondeur vos ateliers et de vos locaux afin d’en retirer les avantages suivants :

Méthode des 5S

Le succès d’une telle démarche repose sur une série de facteurs clés.
Souvent, après une période de grâce, les mauvaises habitudes reprennent le dessus et tous les efforts consentis sont réduits à néant.

Factory Systems, par une expérience pratique et un suivi de terrain régulier, vous permettra d’ancrer les nouvelles techniques mises en oeuvre par la méthode des 5S en bonnes habitudes de travail.

L’utilisation de Factory GME-5S, spécifiquement destiné aux opérateurs et à la maîtrise, vous assurera d’un suivi quotidien de la méthode et vous permettra de visualiser les anomalies et les progrès.

 

La méthode des 5S mise en oeuvre par Factory Systems vous garantit des résultats concrets et durables.

 

Définition

La méthode des 5S, qui tire son origine de la première lettre de chacune des cinq opérations, est une technique de management japonaise issue du Système de Production Toyota (TPS). Elle repose sur cinq principes simples :

 

  1. Seiri : Trier (to sort) signifie éliminer tout ce qui n’est pas nécessaire au bon fonctionnement de l’équipement.
  2. Seiton : Situer est le meilleur moyen pour réduire les recherches inutiles en disposant tout le matériel nécessaire à la production de façon fonctionnelle suivant le principe : « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place. »
  3. Seiso : Scintiller signifie scintiller ou nettoyer pour faire briller.
    Dans un environnement propre, une fuite ou toute autre anomalie, se détecte plus rapidement.
    Travailler sur un équipement propre est source de motivation et de sécurité. C’est une condition siné qua non pour un entretien de qualité.
  4. Seiketsu : Standardiser signifie respecter les 3S précédents.
    Les 3 S sont des actions à mener; afin que le maintien de la propreté et l’élimination des causes de désordre deviennent normaux, il est indispensable de les inscrire comme des règles ordinaires, des standards.
    Le Seiketsu aide à combattre la tendance naturelle au laisser-aller et le retour aux vieilles habitudes.
  5. Shitsuke : Suivre. Après une période de 3 à 6 mois (dépend de l’étendue et de la complexité de l’atelier), le temps est venu de faire une évaluation de la situation par un audit approfondi.
    L’audit se fonde sur un questionnaire très précis qui permet d’évaluer les 4S précédents et qui conduit – en cas de réussite – à la labellisation du site.

Audit 5S (Bientôt disponible)

Factory Systems a développé un logiciel d’audit 5S simple et convivial spécialement conçu pour suivre de près la mise en oeuvre d’une démarche 5S dans votre entreprise. Il vous servira d’outil de mesure objective depuis la situation initiale jusqu’à l’obtention d’une certification 5S.

Basé sur des exemples vécus et concrets, il sera un outil précieux dans votre démarche d’amélioration continue.

Fonctions principales :

  1. Inscription des informations de base : nom de l’entreprise, de la zone à auditer, de l’auditeur, des contacts, etc.
  2. Paramétrage de la zone à auditer : le logiciel 5S vous guidera afin de définir les différents paramètres relatifs à la zone à étudier : usine ou laboratoire ou magasin… ; type de fabrication ou stockage ou autre… ; nature des produits, superficie de la zone ; etc.
  3. Réalisation des constats : un constat est une observation de terrain qui n’est pas en phase avec les prescrits de la méthode 5S, ces derniers étant repris dans des listes de constats disponibles dans le logiciel 5S.
    1. Les constats photographiques qui enregistrent toute situation concrète permettant de bien visualiser les écarts par rapport aux prescrits 5S.
    2. Les constats écrits qui relatent les faits, évènements, situations qui ne peuvent être décrits par des photos. A noter que les photos prises dans le cas précédent peuvent également être enrichies de commentaires.
  4. Inscription de chaque constat dans l’un des 4S : seiri-seiton-seiso-seiketsu. Il est possible d’enregistrer un constat dans plusieurs S.  Chaque constat enregistré fera perdre des points, en fonction des critères utilisés pour le paramétrage (plus la zone est grande, complexe, sujette à salissures…, moins le poids d’un constat sera important).
  5. Vérification (passage en revue) des 4 listes de constats (une par S) avec possibilité de forcer certaines cotes ou de compléter des rubriques restées sans constat.
  6. Affichage à tout instant des résultats intermédiaires de l’audit et bien sûr des résultats finaux. La labélisation sera accordée lorsque 80% des points seront obtenu dans les 4S (seiri-seiton-seiso-seiketsu).
  7. Création automatique de deux rapports :
    1. Le rapport d’audit qui affiche toutes les cotes obtenues, distribuées pour chacun des S
    2. Le rapports photos qui permet de bien visualiser toutes les anomalies et est souvent très utile pour l’affichage sur tableau en entreprise.